Introduction à l’histoire des religions et à l’épistémologie des sciences religieuses (séminaire de printemps)

Cours proposé par Daniel Barbu, destiné au étudiants du Programme Gradué Sciences des Religions. Cette formation peut être validée dans le cadre d’un master (séminaire libre) ou valorisée dans le cadre d’un parcours doctoral.

Ce cours est conçu comme une introduction aux approches classiques et contemporaines en sciences des religions. Seront présentées les prémisses d’une histoire comparée des religions à l’époque moderne, l’apparition d’une discipline académique et ses principaux acteurs au 19e s., et les principaux courants ayant dominé la discipline au 19e et 20e s. Il s’agira aussi de considérer les différentes approches en usage aujourd’hui ainsi que le rôle et les enjeux des sciences religieuses dans les débats actuels sur la religion. 

Antonello da Messina, St Jerome in his study
(National Gallery London; NG1418)

Le principal enjeu de cet enseignement est d’amener les étudiants à réfléchir de manière critique sur les catégories et méthodes qui sous-tendent ces débats, à la fois dans et en dehors du monde académique. Ce cours prendra pour point de départ les discussions sur la définition même de l’objet « religion », et la manière dont différentes définitions s’articulent à différents paradigmes théoriques, en interrogeant à chaque fois les enjeux, apories, et forces de chacune de ces approches. Ceci nous amènera à envisager de manière diachroniques les grandes questions traversant l’histoire des sciences religieuses, notamment la comparaison, l’universalité de la religion, le rapport entre magie, science et religion ou encore l’articulation entre identité religieuse et diversité culturelle.

Information/contact : daniel.barbu@ephe.sorbonne.fr

Sur le site de l’EPHE-PSL.



Citer ce billet
ed472 (2023, 16 janvier). Introduction à l’histoire des religions et à l’épistémologie des sciences religieuses (séminaire de printemps). Les carnets de l'ED 472. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o1v2