Appel à contributions : Formuler l’hypothèse, établir la preuve : du travail sur les sources à l’écriture de l’histoire

Pour la troisième fois des élèves de l’École nationale des chartes, des membres de l’association Chroniques chartistes et les doctorants du Centre Jean-Mabillon et de l’école doctorale de l’EPHE organisent les journées d’étude intitulées « Formuler l’hypothèse, établir la preuve : du travail sur les sources à l’écriture de l’histoire ». Ces journées d’étude interdisciplinaire à destination de tous les jeunes chercheurs auront lieu mercredi 3 et jeudi 4 juin 2020. Propositions des contributions (en français ou en anglais) devraient être envoyées avant le 13 janvier 2020, à l’adresse : chroniques.chartistes@chartes.psl.eu.

Appel à communication

Qu’on entende bien : à de rares exceptions près, le document, le texte ou l’archive ne sont pas la preuve définitive d’une vérité quelconque, mais brute témoin dont le sens est à bâtir ensuite par des questionnements spécifiques, et l’historien sait bien que la « validité de la connaissance dépend de la validité du but ».
Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil, 1988, p. 121-122.

L’hypothèse et la preuve sont intrinsèquement liées aux études en sciences humaines et sociales depuis leur constitution en disciplines scientifiques. Face à la complexité de son objet d’étude, le chercheur avance, de manière provisoire, des hypothèses, des propositions d’explications et d’interprétation qui seront ultérieurement validées ou réfutées. La démarche historique est fondée sur l’interrogation des sources en les mettant à l’épreuve de la critique pour en tirer des conclusions. Le recours à la preuve est alors l’élément clé de cette méthode car elle permet de poser une affirmation vérifiable. Comme le rappelle Claude Gauvard, la preuve n’est pas l’apanage du seul historien, mais aussi celui des théologiens, des mathématiciens et physiciens, et, surtout, des juges. Dans les sciences historiques comme dans les procédures judiciaires, on recherche des preuves parce qu’on cherche la part de vérité accessible. Il s’agit alors d’une exigence épistémologique à laquelle le chercheur attache sa crédibilité au sein de la communauté scientifique.

Pourtant, l’administration de la preuve n’est pas aussi simple que la nature probatoire attribuée à la citation comme le met en garde Arlette Farge. A l’adage Testis unus, testis nullus répond le nécessaire croisement des sources. Or ces dernières peuvent se contredire. Les sources matérielles issues des fouilles archéologiques peuvent s’opposer à celles, textuelles, des documents d’archives. Dans le cas de travaux d’histoire symbolique ou encore des sensibilités, le problème de la crédibilité des sources se pose avec une acuité particulière. Vers quoi ou vers qui se tourner pour affirmer une thèse qui ne soit pas un simple postulat ? En philologie, des choix sont journellement faits entre les différentes versions d’un même texte. Dans ce cas, quelle option privilégier ? Existe-t-il une hiérarchie des preuves ? Pour pallier ces insuffisances, Carlo Ginzburg a proposé de parler de « preuve indiciaire » comme d’un point de convergence de plusieurs preuves indirectes, confinant l’historien à une position de prudence par manque de certitude. La réserve qu’apporte Henri-Irénée Marrou à l’élaboration de la connaissance historique est d’une nature comparable. Au-delà du problème du crédit que le chercheur doit apporter à ses différentes sources, confrontées les unes aux autres, se pose le problème de la méthode du chercheur, qui doit s’adapter à son corpus. Il évoque en effet une démarche « hélicoïdale » qui irait de l’hypothèse à la source, puis de la source à l’hypothèse, de sorte à perfectionner le raisonnement, tout en affinant la manière d’interroger les documents. Cette démarche vise à éviter de forcer les sources à corroborer une hypothèse, en les vidant, de fait, de leur valeur probante. À l’inverse, elle permet de tirer des documents un ensemble de connaissances logiquement établies et les plus certaines possibles.

Sur ces problématiques inhérentes à la recherche, les jeunes chercheurs sont invités à exposer, à partir de leurs propres travaux, leurs approches scientifiques et leur utilisation des outils méthodologiques. Comment élaborent-ils, au sein de leurs questionnements, des hypothèses et des conjectures de travail ? Comment, pour les confirmer ou les infirmer, établissent-ils une preuve et la soutiennent-ils face à leur problématique de départ, ou comment celle-ci rectifie leur problématique dans un autre sens ? En fait, qu’est-ce que faire une hypothèse et qu’est-ce que prouver ? Cette journée d’études interdisciplinaire est à destination de tous les jeunes chercheurs, masterants, élèves ou doctorants. Toutes les disciplines des sciences humaines et sociales sont envisagées : l’histoire en premier lieu, mais également l’histoire de l’art, l’archéologie, l’histoire du droit, la philologie, les lettres et la sociologie. De même, toutes les époques et toutes les régions géographiques peuvent être abordées.

Bibliographie indicative
GAUVARD (Claude) et SIRINELLI (Jean-François) (dir.), “Preuve”, dans Dictionnaire de l’historien, Paris : Presses universitaires de France, 2015, p. 551-553.
PROST (Antoine), « Preuve », dans DELACROIX (C.), DOSSE (François), GARICA (P.) et OFFENSTADT (Nicolas) (dir.), Historiographies, II. Concepts et débats, Paris : Gallimard, 2010, p. 853-859.
GINZBURG (Carlo), Rapports de force. Histoire, rhétorique, preuve, Paris : Seuil, 2003.
VICTOR (Ferry), Traité de rhétorique à usage des historiens, Paris : Classiques Garnier, 2015.
VICTOR (Ferry), « Le paradoxe de la preuve en histoire. Une approche rhétorique de l’écriture d’Arlette Farge », Mots. Les langages du politique [En ligne], 95 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 27 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/mots/20149
MARROU (Henri-Irénée), De la connaissance historique, Paris : Seuil, 1954.