Appel à contributions : Journée transversale des doctorant.e.s de l’EPHE – 1/04/2020 – « (se) représenter »

Comme chaque année, un comité d’organisation issu des doctorants de première année pilote la mise en place de la journée d’étude des doctorant.e.s de l’EPHE. Cette année, le thème choisi est : « se » représenter.

Appel à contributions

« La légende dit que le Japon est une île flottante posée sur le dos d’un poisson-chat dont le mouvement provoque des tremblements de terre. Je tentais de me représenter la forme monstrueuse de ce félin aquatique. »
(Shan Sa, La joueuse de go, Paris, Éditions Grasset & Fasquelle, 2001, p. 78).

Cette légende japonaise, et la représentation mentale qu’elle suscite ici chez le narrateur et le lecteur, rappellent le rôle que continuent à jouer les légendes et l’imagination dans la compréhension du monde. De fait, est-il vraiment possible de connaître sans se représenter ? Un relevé moderne d’ondulations sismiques, jusqu’à la perception des secousses par le cerveau et les sens, ne sont-ils pas finalement, eux aussi, des formes
de représentation ?
Cette journée d’étude se propose d’interroger le caractère inévitable de la représentation dans notre connaissance d’autrui et du monde. Il s’agit d’une part d’explorer dans quelle mesure « se représenter » constitue un processus moteur de la subjectivité et ses constructions, donc de la sociabilité, de la communication et de l’empathie. En soulignant
par le pronom « se » la réflexivité du processus de représentation, le titre de l’appel à projets invite à comprendre la place et les modalités de la représentation dans un réseau d’échanges intersubjectifs : comment la conscience de soi implique de se représenter soi-même, mais aussi autrui ; comment, inversement, les représentations véhiculées par autrui peuvent à leur tour transformer nos propres représentations.
Plus encore, « se représenter » renvoie au processus du raisonnement scientifique même, lorsque l’on constate à quel point l’élaboration des discours savants, quel que soit le champ disciplinaire dans lequel ils s’inscrivent, ne peut se passer des représentations : graphes, modèles, concepts ou métaphores, les chercheurs ne cessent de recourir à ces formes consensuelles de capture et de réécriture du réel.
Peut-on finalement penser, ou même s’inscrire dans une sociabilité sans se représenter ? Comment naissent les représentations ? Sont-elles construites ou spontanées ? Par quels médiums, par quels acteurs sont-elles partagées, comment évoluent-elles dans le temps ?Nous souhaitons, par ces questions larges, ouvrir une réflexion dans laquelle toutes les spécialités, des sciences humaines aux mathématiques et aux sciences de la vie, peuvent être convoquées.

Nous restons naturellement ouvert.e.s à d’autres interprétations du sujet, c’est pourquoi nous invitons les doctorant.e.s de l’EPHE, toutes mentions confondues, à nous faire parvenir une proposition de communication. Celle-ci, sous forme d’un résumé d’environ 500 mots, est à envoyer au format PDF avant le 17 janvier 2020 à l’adresse suivante : jddoctorants.2020@gmail.com.
Les présentations orales – individuelles ou collectives – pourront être accompagnées d’un support visuel. Elles dureront 20 min maximum et seront suivies d’un temps d’échange.

Le comité de sélection informera aux alentours du 7 février 2020 les personnes retenues pour présenter à la Journée du 1er avril 2020.