Archives de catégorie : Annonces

Annonces de bourses, financements, opportunités.

Prix Étienne-Jules Marey pour l’innovation

MISE A JOUR DE LA DATE LIMITE de dépôt des dossiers : avant le 16 août 2022 à minuit (heure de Paris).

L’EPHE-PSL entend activement participer à la valorisation et à la reconnaissance des jeunes chercheurs en décernant un prix scientifique pluridisciplinaire, le Prix Étienne-Jules Marey pour l’innovation, en hommage à un scientifique reconnu notamment pour la mise au point de la chronophotographie qui a donné naissance au cinéma.

APPEL À CANDIDATURE

Ce prix décerné par l’EPHE-PSL concerne de jeunes chercheurs dont le travail de thèse contribue au développement de technologies innovantes quel que soit le domaine d’application. L’EPHE-PSL qui est réputée par la qualité scientifique de ses trois sections (Sciences de la vie et de la terre, Sciences historiques et philologiques, et Sciences religieuses) montre ainsi qu’elle est également très impliquée dans le développement technologique dans tous les domaines scientifiques.

Ce prix d’innovation d’un montant de 5000 € sera remis lors de la rentrée académique de l’EPHE-PSL en octobre, par un des membres de la famille d’Étienne-Jules Marey.

ÉLIGIBILITÉ 2022

Les thèses éligibles auront été soutenues entre janvier 2021 et mars 2022, dans une école doctorale française. Les thèses rédigées en français ou anglais seront acceptées par le jury.

CANDIDATURES

Les candidat(e)s doivent télécharger la fiche de candidature ci-contre et envoyer par courriel leur candidature avant le avant le 16 août 2022 à minuit au Doyen de la section des sciences de la vie et de la terre.

Fiche de candidature :

Les candidat(e)s devront fournir la fiche de candidature complétée, un CV, une lettre de motivation pour leur candidature au prix Étienne-Jules Marey pour l’innovation ainsi qu’une lettre de recommandation. Les candidat(e)s devront également transmettre le rapport du jury de thèse ainsi qu’un résumé de leur travail de thèse de 10 pages maximum. Les manuscrits de thèse seront à envoyer en utilisant de préférence le système de transfert de fichiers FileSender du réseau Renater ou tout autre système de transfert de fichiers volumineux.

JURY

Les candidatures seront examinées par un jury composé de personnalités issues du monde académique ou de la société civile, reconnues dans le domaine de l’innovation scientifique. Les critères pris en compte par le jury pour sélectionner la lauréate ou le lauréat concernent la qualité́ du manuscrit de thèse et des résultats obtenus, l’importance et l’originalité́ des contributions dans le domaine étudié. L’interdisciplinarité du travail de thèse sera également un critère apprécié par le jury.

Pour en savoir plus.

Programme Gradué PSL Sciences des religions : appel à candidatures pour des bourses d’excellence (M2)

Le Programme Gradué Sciences des religions de l’Université PSL lance un appel à candidatures pour trois bourses d’excellence de 2e année de master (M2) pour l’année universitaire 2022-2023.

Date limite de dépôt des candidatures : 20 mai 2022, 17h.

Chaque bourse est de 1000 euros par mois sur 10 mois (de septembre 2022 à juin 2023 ou d’octobre 2022 à juillet 2023).

Composition du dossier :

1. Une lettre de candidature détaillant l’adéquation des intérêts scientifiques du
candidat avec ceux du PG (voir les thématiques du PG à la fin de l’appel à candidature) et
les raisons pour lesquelles le candidat aurait particulièrement besoin de cette bourse pour
réaliser ses études.
2. Un projet de recherche de quatre pages maximum.
3. Un CV ainsi que les relevés de notes de licence, le cas échéant les bulletins de
classes préparatoires aux grandes écoles, et les relevés de notes du M1.

Les dossiers de candidature doivent être adressés par courriel (à leo.bernard@ephe.psl.eu), sous format PDF et en un seul fichier.

Détails :

Contact : Léo Bernard (leo.bernard@ephe.psl.eu).

A propos du programme gradué Science des religions.

Programmes graduées PSL.

Contrat doctoral fléché handicap proposé par l’EPHE

L’EPHE met au concours 1 contrat doctoral fléché handicap en 2022.

Date limite : 26 mai 2022.

Le contrat doctoral est un contrat à durée déterminée passé entre l’EPHE et un doctorant afin de permettre à ce dernier de se consacrer pleinement à ses travaux de recherche pour la préparation de sa thèse. Sa durée est de trois ans. Un directeur de thèse ne peut soutenir qu’un seul candidat à ce concours. Il n’y a pas de condition d’âge ni de date d’obtention de Master.

La rémunération mensuelle minimale est de 1975 € brut.

Les candidats ont jusqu’au jeudi 26 mai 2022 inclus pour envoyer les dossiers sous forme électronique au format pdf à l’École doctorale (recherche@ephe.psl.eu), avec copie au directeur de l’ED 472 (christophe.grellard@ephe.psl.eu).

COMPOSITION DU DOSSIER DE CANDIDATURE :

  • Fiche de renseignements (document à télécharger ci-dessous).
  • Lettre de candidature et de motivation.
  • Curriculum vitae.
  • Projet de thèse de 4 pages maximum + une bibliographie d’environ 20 titres.
  • Attestation de diplôme de master ou équivalent, précisant obligatoirement la note et/ou la mention (à joindre au dossier, ultérieurement, pour régularisation, dès l’obtention en session de juin ou de septembre) ;
  • Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH).

Pour plus d’informations téléchargez :

Fiche de renseignement :

Contrats doctoraux : Campagne de recrutement

Appel à candidature – Date limite : 18 mai 2022.

L’EPHE met au concours 13 contrats doctoraux en 2022.

Le contrat doctoral est un contrat à durée déterminée passé entre l’EPHE – PSL et un doctorant afin de permettre à ce dernier de se consacrer pleinement à ses travaux de recherche pour la préparation de sa thèse. Sa durée est de trois ans.

La rémunération mensuelle minimale est de 1975 € brut.

Il n’y a pas de condition d’âge ni de date d’obtention de Master.
Les candidats doivent justifier de l’obtention d’un Master ou équivalent. Il n’est pas nécessaire d’avoir déjà soutenu son mémoire de master pour se porter candidat. Le justificatif pourra être fourni après l’audition, mais la non-obtention du Master à l’issue des jurys de septembre annulera l’attribution du contrat doctoral.

Le contrat doctoral ne peut être accordé qu’aux étudiants qui s’inscriront en 1ère année de doctorat à la rentrée 2022-2023.

COMPOSITION DU DOSSIER DE CANDIDATURE :
• Fiche de renseignement (document à télécharger ci-dessous).
• Lettre de candidature et de motivation.
• Curriculum vitae.
• Lettre de recommandation du directeur de thèse, lequel indiquera dans quel
laboratoire le candidat est susceptible d’être affecté
(le directeur de thèse ne peut soutenir qu’un seul candidat à ce concours).
• Avis conforme du directeur de l’unité d’affectation.
• Projet de thèse de 4 pages maximum + une bibliographie d’environ 20 titres.
• Attestation de diplôme de master ou équivalent, précisant obligatoirement
la note et/ou la mention (à joindre au dossier, ultérieurement, pour
régularisation, dès l’obtention en session de juin ou de septembre).

Les candidats ont jusqu’au Mercredi 18 mai 2022 inclus pour envoyer les dossiers sous forme
électronique au format pdf à l’Ecole doctorale (ecoledoctorale@ephe.psl.eu),
avec copie au directeur de l’ED 472 (christophe.grellard@ephe.psl.eu).
Les dossiers qui seront envoyés après le 18 mai 2022 ne seront pas retenus.

Pour plus de détails, téléchargez :

Fiche de renseignement

Légitimité politique et divinisation des héros au Vietnam (XVIIe-XXIe siècles): cycle de conférences du 17/05 au 07/06/2022.

Golden Bridge, Vietnam ©Ling Tang

Cycle de conférences d’Olga Dror, de l’université A&M du Texas, directrice d’études invitée par Philippe Papin et Pascal Bourdeaux.

Du 17/05 au 07/06 Olga Dror (A&M, Texas) présentera un cycle de conférences intitulé Légitimité politique et divinisation des héros au Vietnam (XVIIe-XXIe siècles).

A propos de l’intervenant : https://liberalarts.tamu.edu/history/profile/olga-dror/

Programme :
L’invention d’une genèse nationale : le mythe ambigu des rois Hùng (le 17/05, de 14h à 17h).
Taoïsme, possession et culte des Immortelles : la déesse Liêu Hanh (le 24/05, de 14h à 17h).
La greffe du socialisme sur la Nation : la figure de Hô Chi Minh (le 31/05, de 14h à 17h).
Héros et anti-héros au Vietnam : essai de typologie historique (le 07/06, de 14h à 17h).

Adresse : Maison de l’Asie, 22 Avenue du Président Wilson, 75116 Paris.

Inscriptions sur https://dror.eventbrite.fr

Ph-D. Position in Cognitive Science of Smart Cars Users (F/H)

EA 4004 – Cognitions Humaine et Artificielle (EPHE-PSL), “Human and Artificial Cognitions” is an interdisciplinary laboratory in Cognitive Science (mathematics, computer science, neurosciences, cognitive psychology) and Cognitive Ergonomics. CHArt is currently looking for a motivated doctorant to work in a multi-disciplinary project to study. Candidates must hold a Master degree equivalent degree in a relevant field (Computer Science, Experimental Cognitive Psychology, …).

Scientific background: Experimental Design and data statistical analysis and/or Modeling and simulation of human machine interactions.

Candidates are selected on merit and potential on the basis of submitted application material. No restrictions related to disabilities, citizenship or gender apply to this position. The contract is offered for periods of one year, renewable for a total of up to 3 years.

Send your CV and letter of motivation to François Jouen (francois.Jouen@ephe.psl.eubefore November 30th 2021.

For more details see: https://recrutement.psl.eu/ph-d-position-cognitive-science-smart-cars-users

Post-doctoral Position in Cognitive sciences of Smart cars: multimodal analysis of driving experience (F/H)

EA 4004 – Cognitions Humaine et Artificielle (EPHE-PSL), “Human and Artificial Cognitions” is an interdisciplinary laboratory in Cognitive Science (mathematics, computer science, neurosciences, cognitive psychology) and Cognitive Ergonomics. CHArt is currently looking for a motivated postdoctoral researcher to work in a multi-disciplinary project to study. Candidates must hold a cognitive science Ph.D. -equivalent degree in a relevant field (Computer Science, Experimental Cognitive Psychology).

Scientific background: Experimental Design and data statistical analysis and/or Modeling and simulation of human machine interactions.

Candidates are selected on merit and potential on the basis of submitted application material. No restrictions related to disabilities, citizenship or gender apply to this position. The contract is offered for periods of one year, renewable for a total of up to 3 years.

Send your CV and letter of motivation to François Jouen (francois.Jouen@ephe.psl.eubefore November 30th 2021.

For more details see: https://recrutement.psl.eu/post-doctoral-position-cognitive-sciences-smart-cars-multimodal-analysis-driving-experience

Demandes d’aides ponctuelles : dates de prochains bureaux d’ED

Les demandes d’aides ponctuelles seront examinées pendant trois prochains bureaux d’ED :

le 12 juillet 2021,
le 20 septembre 2021,

le 22 octobre 2021,
le 24 novembre 2021.

Pour connaître les conditions d’attribution des aides ponctuelles et pour télécharger le formulaire de candidature consultez : https://www.ephe.fr/recherche/ecole-doctorale/financer-sa-these-contrats-doctoraux .

Contrats doctoraux : appel à candidature.

Date limite le 18 mai 2020.

Le contrat doctoral est un contrat à durée déterminée passé entre l’EPHE – PSL et un doctorant afin de permettre à ce dernier de se consacrer pleinement à ses travaux de recherche pour la préparation de sa thèse. Sa durée est de trois ans.

Il n’y a pas de condition d’âge ni de date d’obtention de Master.
Les candidats doivent justifier de l’obtention d’un Master ou équivalent. Il n’est pas nécessaire d’avoir déjà soutenu son mémoire de master pour se porter candidat. Le justificatif pourra être fourni après l’audition, mais la non-obtention du Master à l’issue des jurys de septembre annulera l’attribution du contrat doctoral.

Le contrat doctoral ne peut être accordé qu’aux étudiants qui s’inscriront en 1ère année de doctorat à la rentrée 2020-2021.

Appel à contributions : Première journée des doctorants de l’Association francophone pour l’étude universitaire des courants ésotériques (FRÉSO)

L’Association francophone pour l’étude universitaire des courants ésotériques (FRÉSO) organise sa première journée des doctorants le samedi 28 mars 2020. Les chercheurs en sciences humaines et sociales dont les travaux touchent aux courants ésotériques sont invités à soumettre une proposition de communication résumant leur sujet de thèse et précisant le degré d’implication de ces courants dans leur thématique de recherche, aspect qu’ils développeront durant la journée d’études. Les propositions de communication ne doivent pas excéder 500 mots. Elles sont à envoyer avant le 31 décembre à l’adresse : <freso.esswe@gmail.com>. Les notifications d’acceptation ou de refus seront envoyées au plus tard vers la fin du mois de janvier.

Appel à communication

L’Association Francophone pour l’Étude Universitaire des Courants Ésotériques (FRÉSO) est une association loi de 1901 fondée en octobre 2019 par M. Jean-Pierre Brach, directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (Université PSL), titulaire de la chaire « Histoire des courants ésotériques dans l’Europe moderne et contemporaine », et par plusieurs de ses doctorants. Elle constitue une branche régionale de l’European Society for the Study of Western Esotericism (ESSWE), association fondée en 2005 et affiliée à l’International Association for the History of Religions (IAHR) (pour plus d’informations: https://www.esswe.org/).

À l’instar de l’ESSWE, FRÉSO s’est donné pour but l’étude des courants ésotériques au sein de l’histoire religieuse et culturelle de l’Occident, dans une perspective strictement académique Cet objet de recherches recouvre, de l’antiquité jusqu’à nos jours, de nombreux courants religieux, intellectuels et artistiques, parmi lesquels des doctrines et des pratiques telles que l’astrologie, l’alchimie ou la magie, l’hermétisme, la kabbale chrétienne, la théosophie ou encore les spéculations et les rites de milieux tels que les divers groupements rosicruciens, théosophistes et occultistes.

Dans le but de développer les recherches francophones dans le domaine, FRÉSO se propose d’organiser le samedi 28 mars 2020 sa première journée d’étude afin de réunir le maximum de doctorant(e)s dont les recherches touchent aux courants qui viennent d’être évoqués. Nous invitons en conséquence les doctorant(e)s amené(e)s à étudier les courants ésotériques dans le cadre de leurs travaux à soumettre une proposition de communication résumant leur sujet de thèse et précisant le degré d’implication de ces courants dans leur thématique de recherche, thème que nous souhaiterions les entendre développer durant la journée d’études. En effet, si certains peuvent voir leur sujet s’inscrire tout entier dans le champ de recherches de l’ésotérisme occidental, d’autres peuvent en revanche ne frayer avec ce domaine que de manière plus ou moins tangentielle. FRÉSO ouvre donc également ses portes à ces chercheurs, afin que le rôle des courants ésotériques dans les différents aspects constitutifs des cultures occidentales ne demeure pas inaperçu ou inétudié, faute d’intérêt porté à cette problématique.

Que vos travaux s’inscrivent dans une perspective historique, philosophique, sociologique ou anthropologique, qu’ils concernent certains courants ou milieux ésotériques clairement identifiés comme tels ou des champs d’influence plus larges (qu’il s’agisse, par exemple, des arts, de la littérature, de l’éducation, de la médecine ou de certains mouvements politiques), cette journée d’études est organisée afin de favoriser les rencontres entre chercheurs travaillant sur des objets historiquement différenciés, mais partageant des thèmes et des problématiques communs.

Organisateurs : Léo Bernard, Tom Fischer, Anne Jeanson, doctorants, Laboratoire d’études sur les monothéismes UMR 8584, EPHE – Université PSL.
Responsable scientifique : Jean-Pierre Brach, directeur d’études, Laboratoire d’études sur les monothéismes UMR 8584, EPHE – Université PSL.





Appel à contributions : Formuler l’hypothèse, établir la preuve : du travail sur les sources à l’écriture de l’histoire

Pour la troisième fois des élèves de l’École nationale des chartes, des membres de l’association Chroniques chartistes et les doctorants du Centre Jean-Mabillon et de l’école doctorale de l’EPHE organisent les journées d’étude intitulées « Formuler l’hypothèse, établir la preuve : du travail sur les sources à l’écriture de l’histoire ». Ces journées d’étude interdisciplinaire à destination de tous les jeunes chercheurs auront lieu mercredi 3 et jeudi 4 juin 2020. Propositions des contributions (en français ou en anglais) devraient être envoyées avant le 13 janvier 2020, à l’adresse : chroniques.chartistes@chartes.psl.eu.

Appel à communication

Qu’on entende bien : à de rares exceptions près, le document, le texte ou l’archive ne sont pas la preuve définitive d’une vérité quelconque, mais brute témoin dont le sens est à bâtir ensuite par des questionnements spécifiques, et l’historien sait bien que la « validité de la connaissance dépend de la validité du but ».
Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil, 1988, p. 121-122.

L’hypothèse et la preuve sont intrinsèquement liées aux études en sciences humaines et sociales depuis leur constitution en disciplines scientifiques. Face à la complexité de son objet d’étude, le chercheur avance, de manière provisoire, des hypothèses, des propositions d’explications et d’interprétation qui seront ultérieurement validées ou réfutées. La démarche historique est fondée sur l’interrogation des sources en les mettant à l’épreuve de la critique pour en tirer des conclusions. Le recours à la preuve est alors l’élément clé de cette méthode car elle permet de poser une affirmation vérifiable. Comme le rappelle Claude Gauvard, la preuve n’est pas l’apanage du seul historien, mais aussi celui des théologiens, des mathématiciens et physiciens, et, surtout, des juges. Dans les sciences historiques comme dans les procédures judiciaires, on recherche des preuves parce qu’on cherche la part de vérité accessible. Il s’agit alors d’une exigence épistémologique à laquelle le chercheur attache sa crédibilité au sein de la communauté scientifique.

Pourtant, l’administration de la preuve n’est pas aussi simple que la nature probatoire attribuée à la citation comme le met en garde Arlette Farge. A l’adage Testis unus, testis nullus répond le nécessaire croisement des sources. Or ces dernières peuvent se contredire. Les sources matérielles issues des fouilles archéologiques peuvent s’opposer à celles, textuelles, des documents d’archives. Dans le cas de travaux d’histoire symbolique ou encore des sensibilités, le problème de la crédibilité des sources se pose avec une acuité particulière. Vers quoi ou vers qui se tourner pour affirmer une thèse qui ne soit pas un simple postulat ? En philologie, des choix sont journellement faits entre les différentes versions d’un même texte. Dans ce cas, quelle option privilégier ? Existe-t-il une hiérarchie des preuves ? Pour pallier ces insuffisances, Carlo Ginzburg a proposé de parler de « preuve indiciaire » comme d’un point de convergence de plusieurs preuves indirectes, confinant l’historien à une position de prudence par manque de certitude. La réserve qu’apporte Henri-Irénée Marrou à l’élaboration de la connaissance historique est d’une nature comparable. Au-delà du problème du crédit que le chercheur doit apporter à ses différentes sources, confrontées les unes aux autres, se pose le problème de la méthode du chercheur, qui doit s’adapter à son corpus. Il évoque en effet une démarche « hélicoïdale » qui irait de l’hypothèse à la source, puis de la source à l’hypothèse, de sorte à perfectionner le raisonnement, tout en affinant la manière d’interroger les documents. Cette démarche vise à éviter de forcer les sources à corroborer une hypothèse, en les vidant, de fait, de leur valeur probante. À l’inverse, elle permet de tirer des documents un ensemble de connaissances logiquement établies et les plus certaines possibles.

Sur ces problématiques inhérentes à la recherche, les jeunes chercheurs sont invités à exposer, à partir de leurs propres travaux, leurs approches scientifiques et leur utilisation des outils méthodologiques. Comment élaborent-ils, au sein de leurs questionnements, des hypothèses et des conjectures de travail ? Comment, pour les confirmer ou les infirmer, établissent-ils une preuve et la soutiennent-ils face à leur problématique de départ, ou comment celle-ci rectifie leur problématique dans un autre sens ? En fait, qu’est-ce que faire une hypothèse et qu’est-ce que prouver ? Cette journée d’études interdisciplinaire est à destination de tous les jeunes chercheurs, masterants, élèves ou doctorants. Toutes les disciplines des sciences humaines et sociales sont envisagées : l’histoire en premier lieu, mais également l’histoire de l’art, l’archéologie, l’histoire du droit, la philologie, les lettres et la sociologie. De même, toutes les époques et toutes les régions géographiques peuvent être abordées.

Bibliographie indicative
GAUVARD (Claude) et SIRINELLI (Jean-François) (dir.), “Preuve”, dans Dictionnaire de l’historien, Paris : Presses universitaires de France, 2015, p. 551-553.
PROST (Antoine), « Preuve », dans DELACROIX (C.), DOSSE (François), GARICA (P.) et OFFENSTADT (Nicolas) (dir.), Historiographies, II. Concepts et débats, Paris : Gallimard, 2010, p. 853-859.
GINZBURG (Carlo), Rapports de force. Histoire, rhétorique, preuve, Paris : Seuil, 2003.
VICTOR (Ferry), Traité de rhétorique à usage des historiens, Paris : Classiques Garnier, 2015.
VICTOR (Ferry), « Le paradoxe de la preuve en histoire. Une approche rhétorique de l’écriture d’Arlette Farge », Mots. Les langages du politique [En ligne], 95 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 27 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/mots/20149
MARROU (Henri-Irénée), De la connaissance historique, Paris : Seuil, 1954.