Archives de catégorie : Annonces

Annonces de bourses, financements, opportunités.

Contrats doctoraux : appel à candidature.

Date limite le 18 mai 2020.

Le contrat doctoral est un contrat à durée déterminée passé entre l’EPHE – PSL et un doctorant afin de permettre à ce dernier de se consacrer pleinement à ses travaux de recherche pour la préparation de sa thèse. Sa durée est de trois ans.

Il n’y a pas de condition d’âge ni de date d’obtention de Master.
Les candidats doivent justifier de l’obtention d’un Master ou équivalent. Il n’est pas nécessaire d’avoir déjà soutenu son mémoire de master pour se porter candidat. Le justificatif pourra être fourni après l’audition, mais la non-obtention du Master à l’issue des jurys de septembre annulera l’attribution du contrat doctoral.

Le contrat doctoral ne peut être accordé qu’aux étudiants qui s’inscriront en 1ère année de doctorat à la rentrée 2020-2021.

Appel à contributions : Première journée des doctorants de l’Association francophone pour l’étude universitaire des courants ésotériques (FRÉSO)

L’Association francophone pour l’étude universitaire des courants ésotériques (FRÉSO) organise sa première journée des doctorants le samedi 28 mars 2020. Les chercheurs en sciences humaines et sociales dont les travaux touchent aux courants ésotériques sont invités à soumettre une proposition de communication résumant leur sujet de thèse et précisant le degré d’implication de ces courants dans leur thématique de recherche, aspect qu’ils développeront durant la journée d’études. Les propositions de communication ne doivent pas excéder 500 mots. Elles sont à envoyer avant le 31 décembre à l’adresse : <freso.esswe@gmail.com>. Les notifications d’acceptation ou de refus seront envoyées au plus tard vers la fin du mois de janvier.

Appel à communication

L’Association Francophone pour l’Étude Universitaire des Courants Ésotériques (FRÉSO) est une association loi de 1901 fondée en octobre 2019 par M. Jean-Pierre Brach, directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (Université PSL), titulaire de la chaire « Histoire des courants ésotériques dans l’Europe moderne et contemporaine », et par plusieurs de ses doctorants. Elle constitue une branche régionale de l’European Society for the Study of Western Esotericism (ESSWE), association fondée en 2005 et affiliée à l’International Association for the History of Religions (IAHR) (pour plus d’informations: https://www.esswe.org/).

À l’instar de l’ESSWE, FRÉSO s’est donné pour but l’étude des courants ésotériques au sein de l’histoire religieuse et culturelle de l’Occident, dans une perspective strictement académique Cet objet de recherches recouvre, de l’antiquité jusqu’à nos jours, de nombreux courants religieux, intellectuels et artistiques, parmi lesquels des doctrines et des pratiques telles que l’astrologie, l’alchimie ou la magie, l’hermétisme, la kabbale chrétienne, la théosophie ou encore les spéculations et les rites de milieux tels que les divers groupements rosicruciens, théosophistes et occultistes.

Dans le but de développer les recherches francophones dans le domaine, FRÉSO se propose d’organiser le samedi 28 mars 2020 sa première journée d’étude afin de réunir le maximum de doctorant(e)s dont les recherches touchent aux courants qui viennent d’être évoqués. Nous invitons en conséquence les doctorant(e)s amené(e)s à étudier les courants ésotériques dans le cadre de leurs travaux à soumettre une proposition de communication résumant leur sujet de thèse et précisant le degré d’implication de ces courants dans leur thématique de recherche, thème que nous souhaiterions les entendre développer durant la journée d’études. En effet, si certains peuvent voir leur sujet s’inscrire tout entier dans le champ de recherches de l’ésotérisme occidental, d’autres peuvent en revanche ne frayer avec ce domaine que de manière plus ou moins tangentielle. FRÉSO ouvre donc également ses portes à ces chercheurs, afin que le rôle des courants ésotériques dans les différents aspects constitutifs des cultures occidentales ne demeure pas inaperçu ou inétudié, faute d’intérêt porté à cette problématique.

Que vos travaux s’inscrivent dans une perspective historique, philosophique, sociologique ou anthropologique, qu’ils concernent certains courants ou milieux ésotériques clairement identifiés comme tels ou des champs d’influence plus larges (qu’il s’agisse, par exemple, des arts, de la littérature, de l’éducation, de la médecine ou de certains mouvements politiques), cette journée d’études est organisée afin de favoriser les rencontres entre chercheurs travaillant sur des objets historiquement différenciés, mais partageant des thèmes et des problématiques communs.

Organisateurs : Léo Bernard, Tom Fischer, Anne Jeanson, doctorants, Laboratoire d’études sur les monothéismes UMR 8584, EPHE – Université PSL.
Responsable scientifique : Jean-Pierre Brach, directeur d’études, Laboratoire d’études sur les monothéismes UMR 8584, EPHE – Université PSL.





Appel à contributions : Formuler l’hypothèse, établir la preuve : du travail sur les sources à l’écriture de l’histoire

Pour la troisième fois des élèves de l’École nationale des chartes, des membres de l’association Chroniques chartistes et les doctorants du Centre Jean-Mabillon et de l’école doctorale de l’EPHE organisent les journées d’étude intitulées « Formuler l’hypothèse, établir la preuve : du travail sur les sources à l’écriture de l’histoire ». Ces journées d’étude interdisciplinaire à destination de tous les jeunes chercheurs auront lieu mercredi 3 et jeudi 4 juin 2020. Propositions des contributions (en français ou en anglais) devraient être envoyées avant le 13 janvier 2020, à l’adresse : chroniques.chartistes@chartes.psl.eu.

Appel à communication

Qu’on entende bien : à de rares exceptions près, le document, le texte ou l’archive ne sont pas la preuve définitive d’une vérité quelconque, mais brute témoin dont le sens est à bâtir ensuite par des questionnements spécifiques, et l’historien sait bien que la « validité de la connaissance dépend de la validité du but ».
Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil, 1988, p. 121-122.

L’hypothèse et la preuve sont intrinsèquement liées aux études en sciences humaines et sociales depuis leur constitution en disciplines scientifiques. Face à la complexité de son objet d’étude, le chercheur avance, de manière provisoire, des hypothèses, des propositions d’explications et d’interprétation qui seront ultérieurement validées ou réfutées. La démarche historique est fondée sur l’interrogation des sources en les mettant à l’épreuve de la critique pour en tirer des conclusions. Le recours à la preuve est alors l’élément clé de cette méthode car elle permet de poser une affirmation vérifiable. Comme le rappelle Claude Gauvard, la preuve n’est pas l’apanage du seul historien, mais aussi celui des théologiens, des mathématiciens et physiciens, et, surtout, des juges. Dans les sciences historiques comme dans les procédures judiciaires, on recherche des preuves parce qu’on cherche la part de vérité accessible. Il s’agit alors d’une exigence épistémologique à laquelle le chercheur attache sa crédibilité au sein de la communauté scientifique.

Pourtant, l’administration de la preuve n’est pas aussi simple que la nature probatoire attribuée à la citation comme le met en garde Arlette Farge. A l’adage Testis unus, testis nullus répond le nécessaire croisement des sources. Or ces dernières peuvent se contredire. Les sources matérielles issues des fouilles archéologiques peuvent s’opposer à celles, textuelles, des documents d’archives. Dans le cas de travaux d’histoire symbolique ou encore des sensibilités, le problème de la crédibilité des sources se pose avec une acuité particulière. Vers quoi ou vers qui se tourner pour affirmer une thèse qui ne soit pas un simple postulat ? En philologie, des choix sont journellement faits entre les différentes versions d’un même texte. Dans ce cas, quelle option privilégier ? Existe-t-il une hiérarchie des preuves ? Pour pallier ces insuffisances, Carlo Ginzburg a proposé de parler de « preuve indiciaire » comme d’un point de convergence de plusieurs preuves indirectes, confinant l’historien à une position de prudence par manque de certitude. La réserve qu’apporte Henri-Irénée Marrou à l’élaboration de la connaissance historique est d’une nature comparable. Au-delà du problème du crédit que le chercheur doit apporter à ses différentes sources, confrontées les unes aux autres, se pose le problème de la méthode du chercheur, qui doit s’adapter à son corpus. Il évoque en effet une démarche « hélicoïdale » qui irait de l’hypothèse à la source, puis de la source à l’hypothèse, de sorte à perfectionner le raisonnement, tout en affinant la manière d’interroger les documents. Cette démarche vise à éviter de forcer les sources à corroborer une hypothèse, en les vidant, de fait, de leur valeur probante. À l’inverse, elle permet de tirer des documents un ensemble de connaissances logiquement établies et les plus certaines possibles.

Sur ces problématiques inhérentes à la recherche, les jeunes chercheurs sont invités à exposer, à partir de leurs propres travaux, leurs approches scientifiques et leur utilisation des outils méthodologiques. Comment élaborent-ils, au sein de leurs questionnements, des hypothèses et des conjectures de travail ? Comment, pour les confirmer ou les infirmer, établissent-ils une preuve et la soutiennent-ils face à leur problématique de départ, ou comment celle-ci rectifie leur problématique dans un autre sens ? En fait, qu’est-ce que faire une hypothèse et qu’est-ce que prouver ? Cette journée d’études interdisciplinaire est à destination de tous les jeunes chercheurs, masterants, élèves ou doctorants. Toutes les disciplines des sciences humaines et sociales sont envisagées : l’histoire en premier lieu, mais également l’histoire de l’art, l’archéologie, l’histoire du droit, la philologie, les lettres et la sociologie. De même, toutes les époques et toutes les régions géographiques peuvent être abordées.

Bibliographie indicative
GAUVARD (Claude) et SIRINELLI (Jean-François) (dir.), “Preuve”, dans Dictionnaire de l’historien, Paris : Presses universitaires de France, 2015, p. 551-553.
PROST (Antoine), « Preuve », dans DELACROIX (C.), DOSSE (François), GARICA (P.) et OFFENSTADT (Nicolas) (dir.), Historiographies, II. Concepts et débats, Paris : Gallimard, 2010, p. 853-859.
GINZBURG (Carlo), Rapports de force. Histoire, rhétorique, preuve, Paris : Seuil, 2003.
VICTOR (Ferry), Traité de rhétorique à usage des historiens, Paris : Classiques Garnier, 2015.
VICTOR (Ferry), « Le paradoxe de la preuve en histoire. Une approche rhétorique de l’écriture d’Arlette Farge », Mots. Les langages du politique [En ligne], 95 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 27 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/mots/20149
MARROU (Henri-Irénée), De la connaissance historique, Paris : Seuil, 1954.

Appel à candidature : bourses de mobilité internationale pour les doctorants de l’ED 472 (l’année 2020)

Comme l’an dernier, l’Ecole doctorale 472 a décidé d’allouer en 2020 un budget spécifique à des demandes de bourses de mobilité pour un montant maximum de 2000 euros, à utiliser dans l’année. Les dossiers sont à renvoyer par mail à l’adresse ecoledoctorale@ephe.sorbonne.fr au plus tard pour le lundi 16 décembre 2019.

Ce dossier comprendra :

  • un projet concret et précis concernant les missions envisagées (les voyages peuvent être multiples, mais la bourse doit être entièrement utilisée au cours de l’année 2020), et indiquant leur pertinence dans le cadre de la thèse en cours de préparation
  • une lettre de soutien du directeur de thèse
  • une lettre de soutien du directeur de l’équipe de recherche dont dépend le candidat, précisant quel financement il accorde à la mobilité du candidat, et plus largement aux doctorants de son laboratoire (un cofinancement est un élément d’évaluation positif du dossier)
  • un budget précis, comprenant : billets d’avion/train ; transports locaux ; hébergement ; autres frais (inscriptions et droits, reprographie, etc.).

Les candidatures seront évaluées par l’Ecole doctorale et les réponses données à partir du 15 Janvier 2020. Les candidats retenus pourront alors commencer à utiliser l’aide obtenue. Veuillez trouver en pièce-jointe les modalités détaillées de dépôt de dossier de candidature, ainsi que le formulaire de demande d’une bourse de mobilité.

Cérémonie de remise des doctorats de la promotion EPHE-PSL 2018 – Vendredi 5 avril 2019

Cette cérémonie se déroulera en deux parties :
A 10H30 : Remise des diplômes
Institut du cerveau et de la moelle épinière – ICM
Auditorium – Hôpital Pitié Salpêtrière,
47 Boulevard de l’Hôpital, 75013 Paris

A 17H : Cérémonie
Université Paris-Dauphine – Amphithéâtre Edgar Faure
Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75016 Paris

Pour des raisons d’organisation, il vous sera demandé d’arriver à 10h30.
Le déroulé détaillé de la cérémonie vous sera communiqué prochainement.
Afin de confirmer votre présence à cet événement, je vous remercie de nous faire part de votre réponse avant le 20 mars 2019 sur le lien suivant : https://urlz.fr/8Tly
Vous pourrez être accompagné.e de 2 invités et transmettre cette invitation aux membres de votre jury (prévenir impérativement : presidence.ephe@ephe.psl.eu)
Nous ne serons pas en mesure de remettre le diplôme lors de la cérémonie aux étudiants n’étant pas inscrits avant le 20 mars 2019.

 

 

Bourses France L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science

La Fondation L’Oréal, en partenariat avec l’UNESCO et l’Académie des Sciences, est heureuse de vous annoncer l’ouverture de l’appel à candidature de l’édition 2019 des Bourses France L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science.

Créé en 2007, ce programme a pour objet de révéler et récompenser de jeunes chercheuses talentueuses. Au total, 230 jeunes femmes ont bénéficié d’une Bourse France L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science.
En 2019, la Fondation L’Oréal remettra 35 Bourses, dont au moins 5 seront exclusivement dédiées à des chercheuses effectuant leurs travaux de recherche dans les DOM-TOM :
– d’un montant de 15 000 € chacune à des doctorantes,
– d’un montant de 20 000 € chacune à des post-doctorantes.

Voici le lien vers la plateforme de candidature
La date limite de dépôt des dossiers de candidature est le dimanche 14 avril 2019.
Information : info@fwis.fr

Marc Besson, docteur EPHE-PSL, lauréat 2018 du Prix Bettencourt pour les Jeunes Chercheurs

La Fondation Bettencourt Schueller a remis le 10 décembre 2018 ses prix scientifiques annuels à 19 chercheurs dont les travaux contribuent au progrès des connaissances scientifiques sur des problématiques majeures de santé et d’environnement. Marc Besson, doctorant EPHE-PSL, mention SIEB, y a été récompensé du Prix Bettencourt pour les Jeunes Chercheurs, pour ses travaux sur les récifs coralliens.

En savoir plus

Réunion de rentrée de l’ED 472 pour les nouveaux doctorants

Cette réunion à l’intention des doctorants inscrits en première année aura lieu le lundi 3 décembre 2018 à partir de 16h30, à l’amphithéâtre des locaux EPHE dans le bâtiment Maison des sciences de l’homme EHESS. (sous-sol, au 54 boulevard Raspail, Paris 6). Nous vous présenterons le Collège doctoral de PSL et ses services; l’équipe de direction et d’animation de l’ED, son fonctionnement, les aides financières et pédagogiques, la question des cotutelles et codirections, la mobilité internationale, les spécificités de notre ED en matière de suivi et d’accompagnement (parcours doctoral, comités de suivi de thèse), le programme en humanités numériques, et d’autres choses encore.

Bourses de mobilité internationale 2019 pour les doctorants de l’ED 472 – Appel à candidatures

L’Ecole doctorale 472, ainsi que le service des relations internationales de l’EPHE, encouragent vivement la mobilité internationale. Actuellement plusieurs dispositifs de financement existent : les aides ponctuelles de l’ED, qui peuvent permettre, avec un cofinancement (normalement de la part de l’équipe de recherche concernée) de financer de courtes missions (participation à un colloque à l’étranger, formation, mission documentaire ou de terrain courte durée, pour des sommes ne dépassant pas 1000 euros). Par ailleurs, nous encourageons les doctorants de 1ere année à déposer leur candidature aux AMID (aides à la mobilité internationale de doctorants, de la région Île-de-France, qui offrent jusqu’à 4000 euros pour 3 ans).
Il nous apparaît que les missions plus longues (terrains archéologiques ou ethnologiques, missions longues ou répétées dans des fonds documentaires nécessitant des séjours prolongés) sont mal couvertes par les dispositifs existants, dans la mesure où l’offre de bourses AMID diminue alors que la demande augmente. Comme l’an dernier, l’ED a donc décidé d’allouer en 2019 un budget spécifique à des demandes de bourses de terrain pour un montant maximum de 2000 euros, à utiliser dans l’année. Il est possible de déposer des demandes plusieurs années consécutivement, et de déposer concurremment une demande AMID (les dossiers se font vers le mois de mars-avril), mais bien entendu, les étudiants ayant déjà reçu une bourse AMID ne sont pas éligibles à nos bourses. Les doctorant(e)s inscrits en première, deuxième, troisième et quatrième année sont éligibles (les candidats en 4e année de thèse ne seront cependant pas prioritaires). Il n’y a pas de condition de financement (les candidats peuvent être titulaires ou non d’un contrat doctoral), ou d’existence d’une cotutelle.
Nous appelons donc les doctorants de l’ED 472 à soumettre un dossier, à renvoyer par email (un seul fichier, de préférence PDF), pour le mercredi 12 décembre 2018, date limite, à l’adresse suivante : Ecoledoctorale@ephe.sorbonne.fr. Ce dossier comprendra :

  • un projet concret et précis concernant les missions envisagées (les voyages peuvent être multiples, mais la bourse doit être entièrement utilisée au cours de l’année 2019), et indiquant leur pertinence dans le cadre de la thèse en cours de préparation ;
  • une lettre de soutien du directeur de thèse ;
  • une lettre de soutien du directeur de l’équipe de recherche dont dépend le candidat, précisant quel financement il accorde à la mobilité du candidat, et plus largement aux doctorants de son laboratoire (un cofinancement est un élément d’évaluation positif du dossier)
  • un budget précis, comprenant : billets d’avion/train ; transports locaux ; perdiem (hébergement et repas) ; autres frais (inscriptions et droits, équipement, reprographie, etc.)
    Les candidatures seront évaluées par l’Ecole doctorale et les réponses données à partir du 8 Janvier 2019, les candidats retenus pourront alors commencer à utiliser l’aide obtenue.