Archives de catégorie : Journées doctorales

Appel à contributions : Journée transversale des doctorant.e.s de l’EPHE – 1/04/2020 – « (se) représenter »

Comme chaque année, un comité d’organisation issu des doctorants de première année pilote la mise en place de la journée d’étude des doctorant.e.s de l’EPHE. Cette année, le thème choisi est : « se » représenter.

Appel à contributions

« La légende dit que le Japon est une île flottante posée sur le dos d’un poisson-chat dont le mouvement provoque des tremblements de terre. Je tentais de me représenter la forme monstrueuse de ce félin aquatique. »
(Shan Sa, La joueuse de go, Paris, Éditions Grasset & Fasquelle, 2001, p. 78).

Cette légende japonaise, et la représentation mentale qu’elle suscite ici chez le narrateur et le lecteur, rappellent le rôle que continuent à jouer les légendes et l’imagination dans la compréhension du monde. De fait, est-il vraiment possible de connaître sans se représenter ? Un relevé moderne d’ondulations sismiques, jusqu’à la perception des secousses par le cerveau et les sens, ne sont-ils pas finalement, eux aussi, des formes
de représentation ?
Cette journée d’étude se propose d’interroger le caractère inévitable de la représentation dans notre connaissance d’autrui et du monde. Il s’agit d’une part d’explorer dans quelle mesure « se représenter » constitue un processus moteur de la subjectivité et ses constructions, donc de la sociabilité, de la communication et de l’empathie. En soulignant
par le pronom « se » la réflexivité du processus de représentation, le titre de l’appel à projets invite à comprendre la place et les modalités de la représentation dans un réseau d’échanges intersubjectifs : comment la conscience de soi implique de se représenter soi-même, mais aussi autrui ; comment, inversement, les représentations véhiculées par autrui peuvent à leur tour transformer nos propres représentations.
Plus encore, « se représenter » renvoie au processus du raisonnement scientifique même, lorsque l’on constate à quel point l’élaboration des discours savants, quel que soit le champ disciplinaire dans lequel ils s’inscrivent, ne peut se passer des représentations : graphes, modèles, concepts ou métaphores, les chercheurs ne cessent de recourir à ces formes consensuelles de capture et de réécriture du réel.
Peut-on finalement penser, ou même s’inscrire dans une sociabilité sans se représenter ? Comment naissent les représentations ? Sont-elles construites ou spontanées ? Par quels médiums, par quels acteurs sont-elles partagées, comment évoluent-elles dans le temps ?Nous souhaitons, par ces questions larges, ouvrir une réflexion dans laquelle toutes les spécialités, des sciences humaines aux mathématiques et aux sciences de la vie, peuvent être convoquées.

Nous restons naturellement ouvert.e.s à d’autres interprétations du sujet, c’est pourquoi nous invitons les doctorant.e.s de l’EPHE, toutes mentions confondues, à nous faire parvenir une proposition de communication. Celle-ci, sous forme d’un résumé d’environ 500 mots, est à envoyer au format PDF avant le 17 janvier 2020 à l’adresse suivante : jddoctorants.2020@gmail.com.
Les présentations orales – individuelles ou collectives – pourront être accompagnées d’un support visuel. Elles dureront 20 min maximum et seront suivies d’un temps d’échange.

Le comité de sélection informera aux alentours du 7 février 2020 les personnes retenues pour présenter à la Journée du 1er avril 2020.

Appel à contributions : Première journée des doctorants de l’Association francophone pour l’étude universitaire des courants ésotériques (FRÉSO)

L’Association francophone pour l’étude universitaire des courants ésotériques (FRÉSO) organise sa première journée des doctorants le samedi 28 mars 2020. Les chercheurs en sciences humaines et sociales dont les travaux touchent aux courants ésotériques sont invités à soumettre une proposition de communication résumant leur sujet de thèse et précisant le degré d’implication de ces courants dans leur thématique de recherche, aspect qu’ils développeront durant la journée d’études. Les propositions de communication ne doivent pas excéder 500 mots. Elles sont à envoyer avant le 31 décembre à l’adresse : <freso.esswe@gmail.com>. Les notifications d’acceptation ou de refus seront envoyées au plus tard vers la fin du mois de janvier.

Appel à communication

L’Association Francophone pour l’Étude Universitaire des Courants Ésotériques (FRÉSO) est une association loi de 1901 fondée en octobre 2019 par M. Jean-Pierre Brach, directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (Université PSL), titulaire de la chaire « Histoire des courants ésotériques dans l’Europe moderne et contemporaine », et par plusieurs de ses doctorants. Elle constitue une branche régionale de l’European Society for the Study of Western Esotericism (ESSWE), association fondée en 2005 et affiliée à l’International Association for the History of Religions (IAHR) (pour plus d’informations: https://www.esswe.org/).

À l’instar de l’ESSWE, FRÉSO s’est donné pour but l’étude des courants ésotériques au sein de l’histoire religieuse et culturelle de l’Occident, dans une perspective strictement académique Cet objet de recherches recouvre, de l’antiquité jusqu’à nos jours, de nombreux courants religieux, intellectuels et artistiques, parmi lesquels des doctrines et des pratiques telles que l’astrologie, l’alchimie ou la magie, l’hermétisme, la kabbale chrétienne, la théosophie ou encore les spéculations et les rites de milieux tels que les divers groupements rosicruciens, théosophistes et occultistes.

Dans le but de développer les recherches francophones dans le domaine, FRÉSO se propose d’organiser le samedi 28 mars 2020 sa première journée d’étude afin de réunir le maximum de doctorant(e)s dont les recherches touchent aux courants qui viennent d’être évoqués. Nous invitons en conséquence les doctorant(e)s amené(e)s à étudier les courants ésotériques dans le cadre de leurs travaux à soumettre une proposition de communication résumant leur sujet de thèse et précisant le degré d’implication de ces courants dans leur thématique de recherche, thème que nous souhaiterions les entendre développer durant la journée d’études. En effet, si certains peuvent voir leur sujet s’inscrire tout entier dans le champ de recherches de l’ésotérisme occidental, d’autres peuvent en revanche ne frayer avec ce domaine que de manière plus ou moins tangentielle. FRÉSO ouvre donc également ses portes à ces chercheurs, afin que le rôle des courants ésotériques dans les différents aspects constitutifs des cultures occidentales ne demeure pas inaperçu ou inétudié, faute d’intérêt porté à cette problématique.

Que vos travaux s’inscrivent dans une perspective historique, philosophique, sociologique ou anthropologique, qu’ils concernent certains courants ou milieux ésotériques clairement identifiés comme tels ou des champs d’influence plus larges (qu’il s’agisse, par exemple, des arts, de la littérature, de l’éducation, de la médecine ou de certains mouvements politiques), cette journée d’études est organisée afin de favoriser les rencontres entre chercheurs travaillant sur des objets historiquement différenciés, mais partageant des thèmes et des problématiques communs.

Organisateurs : Léo Bernard, Tom Fischer, Anne Jeanson, doctorants, Laboratoire d’études sur les monothéismes UMR 8584, EPHE – Université PSL.
Responsable scientifique : Jean-Pierre Brach, directeur d’études, Laboratoire d’études sur les monothéismes UMR 8584, EPHE – Université PSL.





Appel à contributions : Formuler l’hypothèse, établir la preuve : du travail sur les sources à l’écriture de l’histoire

Pour la troisième fois des élèves de l’École nationale des chartes, des membres de l’association Chroniques chartistes et les doctorants du Centre Jean-Mabillon et de l’école doctorale de l’EPHE organisent les journées d’étude intitulées « Formuler l’hypothèse, établir la preuve : du travail sur les sources à l’écriture de l’histoire ». Ces journées d’étude interdisciplinaire à destination de tous les jeunes chercheurs auront lieu mercredi 3 et jeudi 4 juin 2020. Propositions des contributions (en français ou en anglais) devraient être envoyées avant le 13 janvier 2020, à l’adresse : chroniques.chartistes@chartes.psl.eu.

Appel à communication

Qu’on entende bien : à de rares exceptions près, le document, le texte ou l’archive ne sont pas la preuve définitive d’une vérité quelconque, mais brute témoin dont le sens est à bâtir ensuite par des questionnements spécifiques, et l’historien sait bien que la « validité de la connaissance dépend de la validité du but ».
Arlette Farge, Le goût de l’archive, Paris, Seuil, 1988, p. 121-122.

L’hypothèse et la preuve sont intrinsèquement liées aux études en sciences humaines et sociales depuis leur constitution en disciplines scientifiques. Face à la complexité de son objet d’étude, le chercheur avance, de manière provisoire, des hypothèses, des propositions d’explications et d’interprétation qui seront ultérieurement validées ou réfutées. La démarche historique est fondée sur l’interrogation des sources en les mettant à l’épreuve de la critique pour en tirer des conclusions. Le recours à la preuve est alors l’élément clé de cette méthode car elle permet de poser une affirmation vérifiable. Comme le rappelle Claude Gauvard, la preuve n’est pas l’apanage du seul historien, mais aussi celui des théologiens, des mathématiciens et physiciens, et, surtout, des juges. Dans les sciences historiques comme dans les procédures judiciaires, on recherche des preuves parce qu’on cherche la part de vérité accessible. Il s’agit alors d’une exigence épistémologique à laquelle le chercheur attache sa crédibilité au sein de la communauté scientifique.

Pourtant, l’administration de la preuve n’est pas aussi simple que la nature probatoire attribuée à la citation comme le met en garde Arlette Farge. A l’adage Testis unus, testis nullus répond le nécessaire croisement des sources. Or ces dernières peuvent se contredire. Les sources matérielles issues des fouilles archéologiques peuvent s’opposer à celles, textuelles, des documents d’archives. Dans le cas de travaux d’histoire symbolique ou encore des sensibilités, le problème de la crédibilité des sources se pose avec une acuité particulière. Vers quoi ou vers qui se tourner pour affirmer une thèse qui ne soit pas un simple postulat ? En philologie, des choix sont journellement faits entre les différentes versions d’un même texte. Dans ce cas, quelle option privilégier ? Existe-t-il une hiérarchie des preuves ? Pour pallier ces insuffisances, Carlo Ginzburg a proposé de parler de « preuve indiciaire » comme d’un point de convergence de plusieurs preuves indirectes, confinant l’historien à une position de prudence par manque de certitude. La réserve qu’apporte Henri-Irénée Marrou à l’élaboration de la connaissance historique est d’une nature comparable. Au-delà du problème du crédit que le chercheur doit apporter à ses différentes sources, confrontées les unes aux autres, se pose le problème de la méthode du chercheur, qui doit s’adapter à son corpus. Il évoque en effet une démarche « hélicoïdale » qui irait de l’hypothèse à la source, puis de la source à l’hypothèse, de sorte à perfectionner le raisonnement, tout en affinant la manière d’interroger les documents. Cette démarche vise à éviter de forcer les sources à corroborer une hypothèse, en les vidant, de fait, de leur valeur probante. À l’inverse, elle permet de tirer des documents un ensemble de connaissances logiquement établies et les plus certaines possibles.

Sur ces problématiques inhérentes à la recherche, les jeunes chercheurs sont invités à exposer, à partir de leurs propres travaux, leurs approches scientifiques et leur utilisation des outils méthodologiques. Comment élaborent-ils, au sein de leurs questionnements, des hypothèses et des conjectures de travail ? Comment, pour les confirmer ou les infirmer, établissent-ils une preuve et la soutiennent-ils face à leur problématique de départ, ou comment celle-ci rectifie leur problématique dans un autre sens ? En fait, qu’est-ce que faire une hypothèse et qu’est-ce que prouver ? Cette journée d’études interdisciplinaire est à destination de tous les jeunes chercheurs, masterants, élèves ou doctorants. Toutes les disciplines des sciences humaines et sociales sont envisagées : l’histoire en premier lieu, mais également l’histoire de l’art, l’archéologie, l’histoire du droit, la philologie, les lettres et la sociologie. De même, toutes les époques et toutes les régions géographiques peuvent être abordées.

Bibliographie indicative
GAUVARD (Claude) et SIRINELLI (Jean-François) (dir.), “Preuve”, dans Dictionnaire de l’historien, Paris : Presses universitaires de France, 2015, p. 551-553.
PROST (Antoine), « Preuve », dans DELACROIX (C.), DOSSE (François), GARICA (P.) et OFFENSTADT (Nicolas) (dir.), Historiographies, II. Concepts et débats, Paris : Gallimard, 2010, p. 853-859.
GINZBURG (Carlo), Rapports de force. Histoire, rhétorique, preuve, Paris : Seuil, 2003.
VICTOR (Ferry), Traité de rhétorique à usage des historiens, Paris : Classiques Garnier, 2015.
VICTOR (Ferry), « Le paradoxe de la preuve en histoire. Une approche rhétorique de l’écriture d’Arlette Farge », Mots. Les langages du politique [En ligne], 95 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 27 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/mots/20149
MARROU (Henri-Irénée), De la connaissance historique, Paris : Seuil, 1954.

Journée transversale des doctorants de l’ED 472 de l’EPHE – 8 avril 2019 à l’INHA

La journée transversale des doctorants de l’EPHE se tiendra lundi 8 avril 2019 à l’auditorium de l’INHA à Paris 2e, de 9h à 17h. Elle a pour thème cette année : Mouvements : rythmes, circulations, trajectoires. Organisée par un groupe de doctorants contractuels en première et deuxième année, cette journée regroupe des interventions de doctorants des trois mentions de notre École Doctorale.
Vous êtes cordialement invités à venir assister à cette journée qui s’annonce riche et passionnante. Le programme est consultable ici.

Venez nombreux !

Journée transversale du 8 avril 2019 – Appel à communications aux doctorants de l’ED 472

Chaque année depuis 2009, l’école doctorale 472 organise une journée transversale des doctorants de l’EPHE dont la prochaine édition aura lieu le 08 avril 2019 à Paris, à l’INHA.

Après « La pérennité (survivre, persévérer, évoluer) » en 2017 et « Ordre et Chaos » en 2018, le thème choisi pour la journée transversale 2019 est « Mouvements : rythmes, circulations, trajectoires ».

Ces journées transversales répondent à un objectif d’ouverture interdisciplinaire, aussi nous invitons vivement les doctorants de toutes les mentions de l’EPHE à nous faire parvenir une proposition de communication permettant d’aborder un ou plusieurs des aspects relatifs au concept de mouvement.
Vous trouverez en cliquant ici (.pdf) un argumentaire d’une page destiné à introduire le sujet et à mettre en avant quelques-unes des différentes orientations qui seront suivies tout au long de la journée.
Nous tenons à rappeler que participer à cette journée d’études est une occasion de venir présenter vos recherches, d’échanger avec des professeurs et d’autres doctorants, mais également de publier vos résultats par la suite.
À noter qu’il est possible de valider des crédits ECTS (via le parcours doctoral) en assistant et/ou en participant à cette journée.
Nous attendons donc avec impatience vos propositions d’intervention sous forme d’un résumé d’environ 500 mots à envoyer au format PDF avant le 22 janvier 2019 à l’adresse suivante : jddoctorants.2019@gmail.com

Si vous avez la moindre question concernant le déroulement de cette journée, les modalités de participation à celle-ci ou toute autre demande, n’hésitez pas à contacter les organisateurs de la journée transversale à l’adresse : jddoctorants.2019@gmail.com

Bien cordialement

Le comité d’organisation de la journée transversale 2019,

Nicolas Varaine (RSP)
Marine Schoettel (RSP)
Clara Deshayes (RSP)
Matilde Garré (HTD)
Nicolas Souchon (RSP)
Andrea Pistoia (RSP)
Liriopé Toupenet (SIEB)
Diane Le Bayon (SIEB)
Claude Pédié (SIEB)
Mélanie Migaud (SIEB)
Ombeline Fichant (HTD)

Journée doctorale du Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale – CRCAO

La journée doctorale annuelle de du CRCAO se tiendra le mardi 13 novembre de 9h à 18h30 à la maison de l’Asie ; à cette occasion, plusieurs doctorants de l’ED 472 membres du CRCAO présenteront une intervention qui sera commentée par des membres titulaires de l’équipe.

Maison de l’Asie, Grand Salon
22, avenue du Président Wilson
75016 Paris

Journée doctorale organisée par Sarah Vallette d’Osia et Céline Zuretti, représentantes des doctorants du CRCAO
Télécharger le programme et les résumés ici

Session 1 : Savoir et production dans le Japon médiéval et prémoderne

9h10-9h55 – Daniel SAID MONTEIRO
« Ruptures et continuités dans la pensée cosmologique japonaise au milieu de l’époque d’Edo »
Discutant : Matthias HAYEK

9h55-10h40 – Dimitri TATOYAN
« La production salicole dans le domaine de Yugenoshima au début du XIVe siècle »
Discutant : Matthias HAYEK

Session 2 : Linguistique et littérature

11h00-11h45 – Arthur DEFRANCE
« Wakan à l’époque Nara : bilinguisme, diglossie et unité scripturaire »
Discutant : Frédéric GIRARD

11h45-12h30 – Agathe TRAN
« Écrire le visuel et explorer les profondeurs du réel dans l’œuvre de Natsume Sôseki (1867-1916) »
Discutant : Thomas GARCIN

Session 3 : Archéologie et sources anciennes

13h30-14h15 – Marion POUX
« Archéologie du Mustang : résultats préliminaires »
Discutant : Laurianne BRUNEAU

14h15-15h00– Valentin PHILIPPON
« Médecine et médecins dans les vingt-six histoires dynastiques officielles de Chine »
Discutant : Olivier VENTURE

15h00-15h45– Clio SIMONETTA
« Le cheval de guerre au Japon du VIIe au IXe siècle »
Discutant : Pierre MARSONE

Session 4 : Politique et éducation chez les lettrés chinois

16h15-17h00 – Laetitia CHHIV
« Écrire le passé à l’usage du présent : le rôle du conseiller dans la théorie
politique des lettrés chinois d’après les manuscrits du IVe siècle avant notre ère »
Discutant : Béatrice L’HARIDON

17h00-17h45 – Hugo DUBOIS
« Tourtelles et macaques : périls à la cour des Cao-Wei 曹魏 (220-265 EC). Lecture et analyse de deux rhapsodies de Ruan Ji 阮籍 (210-263) »
Discutant : Béatrice L’HARIDON

17h45-18h30 – Bingwei JIA
« Education sous les Song du Nord (960-1127) vue à travers les xueji 學記 (commémoration pour écoles) »
Discutant : Pierre MARSONE